Description

La frontière est une notion multidisciplinaire que l’on retrouve en informatique, en sciences humaines et sociales, ainsi qu’en science de l’information et de la communication. Elle est déjà présente en tant que telle, dans les interrogations de recherche des différentes disciplines et en tant qu’objet d’étude, perméable aux apports des uns et des autres ! Le Web a révolutionné l’accès à l’information, bien au-delà des frontières locales des populations, une révolution qui ne touche pas tout le monde, et met en évidence la dure réalité de la fracture numérique, une sorte de frontières économiques et sociales qui s’ajoutent à celles des territoires. Cette séparation symbolique/physique a tendance à s’estomper à petits pas, et de manière « mécanique », elle génère plus d’usagers, de données, d’archives, etc. La généralisation de l’usage des TIC redessine de nouvelles frontières pour un accès à l’enseignement et à la connaissance, à un plus grand nombre de demandeurs ! Pour dépasser les frontières physiques et celles des sélections d’accès aux formations, le développement des MOOC et l’enseignement à distance sont les meilleurs exemples. La masse importante des données numériques est un autre champ où la notion de frontière est assez présente, et pose de nouvelles problématiques sur la protection de la vie privée. Avec les innovations technologiques, nouveaux services, il est question souvent de cette frontière très mince, entre les données de la vie privée et celles de la vie publique, que ces nouveaux services sont amenés à explorer et à exploiter.

Sens des frontières numériques

Dans ce colloque, nous nous interrogeons sur les sens qu’ont les frontières numériques.

L’inscription transversale du numérique dans les activités humaines demanderait à repenser les rapports humains en prenant compte des effets, des contraintes, des ressources et des modes d’organisation que le numérique révèle.

Perspectives d'analyses

Plusieurs angles d’analyses sont proposés pour réfléchir sur l’impact du numérique et d’internet, en particulier sur les frontières classiques ainsi que sur l’ensemble des activités humaines :

Dates importantes

Soumission

Le comité scientifique sélectionnera un nombre limité de propositions pour satisfaire un événement collaboratif et participatif sans session parallèle et qui se tiendra sur 3 jours.

Les propositions, les présentations et les articles finaux peuvent être en français ou en anglais.

Deux types d’articles scientifiques ou techniques peuvent être soumis aux adresses samuel.szoniecky@univ-paris8.fr imad.saleh@univ-paris8.fr ou via la plateforme accessible par ce lien : https://easychair.org/cfp/frontieres-num-23

Les formats de fichier accepté sont : doc, docx, rtf, odt.

Les propositions devront être entièrement anonymes, sans référence aux auteurs dans le texte, dans la bibliographie, dans les remerciements ou projets cités, dans les propriétés du document.

Les propositions seront évaluées en double aveugle par deux membres du comité scientifique. Les résultats de l’évaluation seront adressés aux Auteurs avec des recommandations.

Publication

Les meilleurs articles du colloque seront publiés dans le journal TLDKS (Springer) indexé dans Scopus, WoS, DBLP and ACM Digital Library

TLDKS (Springer)

Les articles retenus et présentés au colloque feront l’objet d’une seconde évaluation afin d’étendre chaque article pour une publication spécifique :

Thématiques

Générales

Spécifiques

Président du colloque

Comité de programmme

Comité scientifique

Comité d'organisation

Historique

Cette réflexion sur les frontières numériques s’est engagée à la suite de la recherche menée par Imad Saleh, Nasreddine Bouhaï et Hakim Hachour au sein du laboratoire Paragraphe.

Ce colloque est le prolongement des quatres colloques suivants : 

L’ensemble des contributions des colloques sont publiés dans trois volumes chez L’Harmattan :

Frontères numériques et savoir
Frontières numériques et artefacts
Les frontières numériques